© 2014, Olivier Guidi

  • b-facebook
  • scoopit.jpg

Le terme de méditation regroupe un ensemble de pratiques spirituelles et religieuses vieilles de plusieurs millénaires. Depuis ces dernières décennies nous assistons à un développement, aussi bien en Orient qu'en Occident, d'une approche laïque de la méditation : la méditation « vipassana » (vipashyana), dite de « pleine conscience » (mindfulness). Cette approche est de plus en plus crédibilisée par la science en vertu de ses effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. La méditation de pleine conscience consiste à s'entraîner à reconnaître et à entrer en contact avec l'expérience que nous vivons instant après instant. Rester dans « l'ici et maintenant » malgré le flot incessants des pensées du passé et des anticipations du futur. C'est donc naturellement que la méditation s'est invitée dans le domaine sportif dès les années 70 (cf. Tennis et psychisme, T. Galwey, 1976) et que l'impact de la pleine conscience sur la pratique sportive commence à être étudié scientifiquement (cf. Garner, 2004 ; M Bernier, E Thienot, J Fournier, 2009).

 

Quelle que soit la finalité de la pratique, spirituelle, bien-être, connaissance de soi, philosophique, etc., la méditation de pleine conscience développe les mécanismes attentionnels et les processus de concentration. Méditer, c'est s'entraîner à « voir les choses telles qu'elles sont », sans jugement envers ses propres sensations, émotions, réactions mentales ; aller vers plus d'acceptation de ses états, et au final être plus présent mentalement et physiquement dans l'action. Une pratique régulière de la méditation va développer la force mentale de concentration sur un objet et/ou un champ attentionnel précis malgré les distractions internes (sensations, émotions, ruminations, inquiétudes, etc.) et/ou externes qui capturent notre attention (bruis, mouvements, changement lumineux, résultat d'une action, etc.). Elle renforce notre « GPS attentionnel », notre habileté de passer d'une tâche à une autre.

 

Nous pouvons facilement imaginer les implications dans le domaine de la performance sportive : amélioration de la concentration à l'entraînement et en compétition, plus de lucidité dans le cours de l'action, ne plus être en lutte avec ses émotions induisant du coup un meilleur relâchement. La méditation ne fait pas gagner mais permet d'atteindre un état qui peut faire gagner, ou du moins exprimer son potentiel de performance : « jouer son tennis », « rester dans sa compétition »,… 

La méditation de pleine conscience

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now